Est-ce qu'une voiture électrique ne pollue pas ?

Accueil » Actualités
voiture electrique pollution

Les ventes de voitures électriques ont augmenté l'an dernier de 51,5 % par rapport à l'année précédente. A court terme, la voiture électrique est perçue comme une alternative à la voiture à moteur thermique, en partie parce qu'elle ne produit aucune émission. Mais, surtout, à une époque de grande conscience environnementale et dans un scénario de restrictions de la part des administrations des grandes villes.

Que penser des voitures électriques ?

Bien que personne ne doute que la voiture électrique soit un pas en avant en termes de propreté et de durabilité, la vérité est que ce type de véhicules contribue également à la pollution de l'environnement naturel. D'après le site Web de location d'automobiles d'ALD Automotive, il est indiqué que la voiture électrique n'émet pas, comme c'est le cas pour les voitures à moteur à combustion, de gaz polluants par le tuyau d'échappement, quel qu'en soit le type. Cependant, la pollution produite par un véhicule ne doit pas seulement être mesurée par ce facteur, mais aussi par le processus nécessaire pour produire l'énergie qui recharge ses batteries, la fabrication du véhicule lui-même ou la mise au rebut du véhicule à la fin de sa vie.

En fait, ces dernières années, des voix se sont élevées pour dire que la voiture électrique peut devenir plus polluante, tout au long de sa vie utile, qu'une voiture classique. L'une de ces voix est celle de la société de conseil Bernstein qui, dans un de ses rapports comparatifs, a mesuré les émissions totales de dioxyde de carbone (CO2) de différents types de voitures.

Selon eux, une BMW Série 3 320i, alimentée à l'essence, émettrait 22,8 tonnes de CO2 dans l'atmosphère pendant toute sa durée de vie, réparties entre l'essence (20 tonnes), l'extraction et le raffinage du carburant (2,2) et sa propre fabrication (0,6 tonne). Par rapport à ces données, il y aurait une Tesla électrique modèle 3, qui émettrait 27,1 tonnes de CO2 dans l'atmosphère tout au long de son cycle de vie : 21,3 tonnes causées par la fabrication d'électricité, 5,2 tonnes par la fabrication de batteries, et 0,6 tonne par l'assemblage du véhicule.

Certaines institutions publiques se sont également intéressées à ces comparaisons d'émissions. Ainsi, l'Institut suédois de recherche sur l'environnement a également indiqué que les batteries étaient l'une des causes de l'augmentation des émissions polluantes au cours des dernières années. Selon cette institution, les batteries de 30 kWh que Nissan Leaf équipe produisent 5,3 tonnes de CO2 polluant, alors que celles d'un Tesla Model S de 100 kWh contribueraient 17,5 tonnes de CO2 à la pollution environnementale. Ceci réaffirme l'opinion d'une multitude d'experts, qui pensent que la capacité des batteries influence directement l'augmentation des émissions polluantes du véhicule lui-même.

L'Association australienne des automobilistes, pour sa part, souligne un autre détail lorsqu'il s'agit de prendre en compte le niveau de pollution réel des voitures : leur consommation réelle par opposition à celle officiellement déclarée. Ainsi, par exemple, cette organisation affirme qu'un hybride plug-in peut consommer jusqu'à 166% de plus que ce qu'elle annonce. Cela affecte non seulement la quantité de carburant consommée par son utilisation, mais aussi les émissions réelles qui sont produites et qui augmentent proportionnellement.

CONTRADICTIONS

Cependant, le journal Guardian, pour sa part, a publié une comparaison qui contredit directement toutes les données précédentes, et qui inclut ALD Automotive, selon laquelle une voiture à essence émet 125 grammes de CO2 par kilomètre, en tenant compte à la fois de l'extraction du pétrole et de sa propre combustion, alors que la voiture électrique pure ne produirait que 91 grammes de CO2 par kilomètre.

Quelle conclusion peut-on tirer de cette comparaison ? Que pour vraiment mesurer la pollution de la voiture électrique, il ne faut pas oublier d'où vient l'électricité nécessaire à son déplacement. Par exemple, une voiture électrique en Norvège (un pays qui tire la quasi-totalité de son électricité de l'eau et des énergies renouvelables) pollue nettement moins que le même modèle en France, qui repose essentiellement sur la production d'électricité nucléaire.

Une chose est sûre, les constructeurs se lancent dans l'électrique et améliorent de jour en jour leur modèle de voitures. Ce n'est qu'une question de temps avant qu'on ne trouve le modèle parfait pour respecter l'environnement complètement.

Rédigé par Christophe Gadbois le 29/10/2019

Dans la même catégorie