Le malus écologique se durcit en 2019 : ce qu'il faut savoir

Le malus écologique se durcit en 2019 : ce qu'il faut savoir

À partir du 1er janvier 2019, le malus écologique va devenir plus sévère encore qu'il ne l'était jusqu'alors, il est important de prendre en considération ces nouveautés afin de pouvoir les anticiper, et surtout pour éviter les taxes parfois coûteuses, engendrées par l'achat ou la possession de véhicules trop polluants.

Comprendre les enjeux du malus écologique

Le malus écologique est un dispositif de l'état qui a vu le jour en 2007, et dont le but est d'aider au renouvellement du parc automobile français. L'objectif est de venir solliciter les Français, pour que ceux-ci se tournent plutôt vers des véhicules qui ne soient pas trop polluants, et qui respectent davantage l'environnement, notamment en émettant moins de dioxyde de carbone ou CO2. Ce fameux gaz carbonique contribue notamment à accélérer le réchauffement climatique, d'où l'importance d'agir en proposant aux Français un système de bonus et de malus, qui se répercute directement sur les finances de ces derniers. Les personnes possédant des véhicules qui consomment peu pourront profiter de bonus écologiques intéressants, lors de l'achat de véhicules neufs peu polluants, comme les véhicules hybrides par exemple. En revanche, les personnes qui choisissent de grosses berlines très gourmandes en énergie, se verront attribuer un malus. Enfin les personnes possédant un véhicule ancien et ne respectant pas les nouvelles réglementations, devront s'acquitter d'une taxe annuelle qui s'élève à 160€, une somme qui peut peser dans le budget d'un ménage.

Les précédentes dispositions

C'est avant tout la qualité de CO2 qui est visée par ces nouvelles dispositions. Jusqu'alors, le seuil était de 120 g de CO2 par kilomètre, une valeur qui va chuter à 117g par km d'ici quelques mois, au moment du changement. Il faut savoir que de nombreux véhicules sont encore concernés par le malus écologique, et en 2018, plus d'un quart des propriétaires de voitures y ont été soumis. Il est fort probable que dans les mois à venir, ce pourcentage augmente, de par ce durcissement. Les taxes peuvent s'échelonner de 50€, pour la limite basse, jusqu'à plus de 10 000€ pour les voitures qui polluent le plus, c'est pourquoi il est primordial de prendre connaissance de ces nouvelles dispositions avant le 1er janvier, en particulier si vous aviez pensé changer de véhicule l'année prochaine, pour une voiture confortable, et pourvue d'une motorisation qui soit performante.

Quelques conseils pour éviter les mauvaises surprises

Il faut savoir que certains modèles peuvent réserver des surprises aux acheteurs. En effet, au sein d'une même gamme, certains véhicules peuvent ne pas être soumis au malus écologique, quand d'autres versions plus imposantes en termes de chevaux, peuvent être à l'origine de malus importants. Pensez donc à vérifier que votre modèle, et votre version, soit bien compatible avec la limite de 117g, afin de ne pas vous faire surprendre de manière désagréable.

À titre, pour certains modèles, on peut passer de 0 à 5000€ concernant le malus écologique. Il est donc important d'y faire très attention. Anticiper est également très important lorsque l'on aime les voitures performantes : en effet, le seuil va continuer de baisser de 3g chaque année, il faudra donc faire preuve de beaucoup d'attention lors d'un achat, en anticiper les différentes fluctuations qui interviendront dans les années à venir.

Si vous êtes prêt à investir dans un véhicule qui soit écologique, sachez que cela peut être très intéressant sur le plan financier : en effet, le malus laissera alors place à une prime écologique pouvant atteindre 6000€, ce qui est loin d'être négligeable, en particulier quand on fait l'acquisition d'un véhicule neuf. Alors pourquoi ne pas changer de manière de consommer, et vous diriger vers des modèles électriques ou hybrides, qui sont plus en adéquation avec les nouvelles nécessités, sur le plan de l'environnement ?

On pense spontanément que ce sont les grosses berlines qui sont les plus touchées par le malus écologique, et c'est très souvent le cas : en effet, ce sont des véhicules qui rejettent indéniablement beaucoup de CO2. Néanmoins, il est nécessaire de se méfier quant aux véhicules paraissant relativement peu polluants, car certains modèles réservent certaines surprises. Pas besoin d'acheter une Audi très puissante pour être taxé, puisque des modèles comme la Renault Megane, ou l'Opel Corsa, apparaissent aujourd'hui en tête de la liste des modèles les plus fortement taxés.

Pensez donc à bien vous renseigner au préalable, avant l'achat de votre véhicule, car les certitudes que vous avez peut-être sur le sujet, pourraient bien être bousculées au moment de faire l'acquisition de cette voiture. On a compté en effet 27,6% de véhicules taxés en 2018, durant le 1er semestre, ce qui est plutôt important. Et avec un seuil qui baisse, il paraît logique que ce taux est plus fort encore dans les mois à venir. N'hésitez pas à questionner votre concessionnaire, et à vous tourner vers les versions les plus raisonnables, afin de ne pas faire augmenter considérablement votre budget concernant cet investissement.

Dans la même catégorie