Les négociations de fusion entre Fiat Chrysler et Peugeot

Accueil » Actualités
Les négociations de fusion entre Fiat Chrysler et Peugeot

Fiat Chrysler et PSA, qui contrôle le constructeur automobile français Peugeot, négocient actuellement une intégration potentielle qui conduirait à la création d'un géant de 50 milliards de dollars, mieux placé pour relever les défis technologiques et réglementaires du secteur automobile mondial.

Cette décision intervient moins de cinq mois après l'échec des négociations pour une fusion entre la FCA et Renault, avec le groupe italo-américain qui a pointé du doigt les interventions des fonctionnaires du gouvernement français.

FAITS ET CHIFFRES :


L'an dernier, Psa a réalisé un chiffre d'affaires de 74 milliards d'euros avec 3,9 millions de véhicules vendus.

Elle emploie 211 000 personnes.

Ses marques sont Peugeot, Citroën, Opel et Vauxhall.

Fca a réalisé en 2018 un chiffre d'affaires net de 110 milliards d'euros avec 4,8 millions de véhicules vendus.

L'effectif total est de 199 000 employés.

Ses marques comprennent Fiat, Chrysler, Alfa Romeo, Jeep, Ram, Lancia et Maserati.

POURQUOI L'AFCA ET L'APS VEULENT SE JOINDRE À NOUS ?


L'industrie automobile connaît un ralentissement en raison de la stagnation des ventes sur les marchés matures et d'un ralentissement de la croissance dans des pays comme la Chine, qui avait contribué à soutenir son expansion.

La semaine dernière, Ford était un autre grand constructeur automobile à lancer un avertissement sur les bénéfices.

L'industrie est également contrainte de se réinventer à la lumière du scandale des émissions de Volkswagen, connu sous le nom de "Dieselgate", et de préoccupations environnementales plus générales.

Les constructeurs automobiles européens ont attendu la dernière minute pour essayer de rattraper les objectifs ambitieux de l'UE en matière d'émissions et risquent des amendes de plusieurs milliards de dollars s'ils ne s'adaptent pas. L'UE a imposé une réduction des émissions de 40 % entre 2007 et 2021.

Le principal avantage d'une fusion pour Peugeot serait l'entrée dans l'activité très rentable de Fca en Amérique du Nord, avec les fourgons Ram et la marque Jeep.

Fca réalise 66% de son chiffre d'affaires en Amérique du Nord contre seulement 5,7% de Psa, selon les données du Refinitiv Eikon. L'Europe reste le principal moteur du chiffre d'affaires de Psa.

Fca ne dispose pas d'une technologie verte adéquate et bénéficierait de l'expertise de Psa, qui a déjà produit la Peugeot e-208 et l'Opel Corsa-e mini.

A certains égards, Renault pourrait être un partenaire plus approprié pour Fca, en offrant une plus grande exposition à l'Asie grâce au partenariat avec Nissan. Elle est également pionnière dans le domaine des voitures électriques équipées de technologies de motorisation relativement économes en carburant et fortement présentes sur les marchés émergents.

ALORS QUE LES POURPARLERS DE RENAULT ONT ÉCHOUÉ ?

Psa est un partenaire potentiellement plus stable du rival français Renault, qui se remet encore de la perte du numéro un Carlos Ghosn, qui sera jugé au Japon pour délits financiers, qu'il a rejeté. La perte de Ghosn a mis en évidence les tensions entre Renault et son partenaire Nissan.

Avec le ralentissement du marché et l'imminence des objectifs en matière d'émissions, il devient de plus en plus urgent de parvenir enfin à un accord.

QUELS SONT LES PRINCIPAUX OBSTACLES ?


Les complexités au niveau de l'actionnariat qui ont contribué à miner l'accord Fca-Renault pourraient également compliquer cette intégration.

L'État français détient une participation de 12 % dans Psa, tandis que la famille Peugeot et l'État chinois, à travers le groupe Dongfeng, détiennent des participations similaires.

En août, le titre de PSA a connu un bref rallye sur la spéculation selon laquelle Dongfeng envisageait de céder tout ou partie de sa participation. Les actions Psa ne valaient que 9 euros en 2014, lorsque Dongfeng a acquis sa participation, alors qu'aujourd'hui, elles sont passées à 27 euros.

Selon certains analystes, la présence chinoise pourrait susciter des doutes aux États-Unis quant à une éventuelle fusion, étant donné les tensions commerciales encore élevées entre Washington et Pékin.

Le gouvernement et les syndicats italiens veulent éviter d'importantes pertes d'emplois en Italie, où la FCA emploie 58.000 travailleurs et où de nombreuses usines italiennes sont fortement sous-utilisées.

COMMENT RENAULT POURRAIT-ELLE RÉAGIR ?


Certains commentateurs ont laissé entendre que les détails des négociations avaient peut-être fait l'objet d'une fuite pour ramener Renault à la table des négociations avec Fca.

Cependant, Renault devrait se concentrer sur la réparation de ses relations avec Nissan suite aux changements au sein de la direction générale des deux sociétés.

QUI SONT LES PRINCIPAUX PERSONNAGES IMPLIQUÉS ?


Carlos Tavares, PDG de Psa, Portugais, a travaillé pour Renault et Nissan avant de reprendre Psa il y a cinq ans. On lui doit d'avoir sauvé le groupe d'un quasi-échec et d'avoir encouragé son expansion en faisant l'acquisition d'Opel il y a deux ans.

John Elkann, né à New York, est président de Fiat depuis 2010, maintenant un lien entre la famille et l'entreprise italienne fondée par son arrière grand-père Giovanni Agnelli, qui a construit sa première voiture en 1899.

Elkann, qui parle mieux le français que l'italien, a passé sept ans dans un lycée français avant d'étudier l'ingénierie à la Polytechnique de Turin.

Rédigé par Jeremy Nasier le 31/10/2019

Dans la même catégorie