Malus écologique : Bien choisir son véhicule

Accueil » Conseils et Services
Malus écologique : Bien choisir son véhicule

Bien plus qu’un moyen de transport, l’achat d’un véhicule représente aujourd’hui un investissement financier qui à la longue doit indéniablement s’avérer rentable pour son acquéreur. Qui parle de cette notion incluse de rentabilité fait directement allusion à la parfaite corrélation qui devra exister entre les performances mécaniques de ce dernier et les réels besoins de son conducteur.

Faisant partie de cette grande famille d’agents pollueurs de l’atmosphère, le dioxyde de carbone rejeté par ces véhicules et centrales nucléaires est devenu depuis peu un problème d’ordre planétaire. Son importance est telle qu’il a su réunir autour de la même table un nombre important d’États inquiets de la santé de leur population.

En France comme partout ailleurs, les autorités gouvernementales de chaque pays essayent autant qu’elles peuvent de limiter les effets dévastateurs de ce dernier. Ce sont d’ailleurs ces multiples discussions intelligibles qui auront abouti à l’adoption unanime de cette taxe pour véhicules polluants dénommée malus écologique. Qu’est-ce que c’est ? Quelles sont ses conditions d’application ? Afin d’en avoir le cœur net, vous êtes invité à lire attentivement cet article.

Qu’est-ce que c’est le Malus écologique ?

Le malus écologique est une taxe qui payée une fois en général est imposée par l’État français à tout acquéreur de nouveau véhicule lors de son immatriculation. Ce récent amendement de la loi sur les transports a été fait dans l’optique d’encourager la population à utiliser des véhicules jugés moins pollueurs. C’est un fait qui devient peu à peu une réalité, car depuis sa mise en service, on commence à ressentir ses effets positifs bien que certains ne soient pas pour.

À quoi est-elle rattachée ?

Exclusivement liée au taux de dioxyde de carbone (CO2) dégagé par un véhicule, elle est simplement utile. Son adoption qui au début avait suscité des mécontentements est aujourd’hui saluée par toutes les classes sociales.

Comment se calcule-t-elle ?

Comme il a été mentionné précédemment, le malus écologique est directement calculé en fonction du pourcentage de CO2 que votre véhicule émettra tout au long de son utilisation. Ainsi, selon la puissance du moteur de votre automobile, vous pouvez payer une somme allant de 100 et 8000 euros. Une fourchette de prix prévisible qui peut toutefois dans certains cas être revue à la hausse. En effet, si votre moyen de locomotion atteint le seuil d’émission de 190 g de CO²/km, vous courrez le risque de passer tous les ans devant les caisses de l’État.

Quelles sont les circonstances atténuantes à cette taxe ?

À l’image des autres lois votées jusqu’ici, celle-ci renferme également en son sein des exceptions qui sont pour la plupart normales. En effet, ce malus écologique émis depuis 2016 épargne les voitures conduites par une certaine catégorie de personne jugée non valide. Ainsi, si sur présentation de pièces justificatives, on constate qu’elle est vraiment détenue par un handicapé, cette dernière ne fera pas l’objet de censure.

À côté de ceux-là, elle ne saurait oublier cette partie du peuple qui suit déjà le bon exemple en ne s’appropriant que des véhicules dits sains. Un bonus-malus écologique a été donc prévu à cet effet pour les encourager à continuer sur cette lancée. Ainsi, ces derniers pourront recevoir une indemnité qui irait selon les barèmes en vigueur jusqu’à 27 % du prix d’achat de leur moyen de transport.

En quoi cette taxe est-elle importante lors du choix d’un véhicule ?

La réponse à cette question semble pourtant très évidente. Qui aimerait avec cette crise économique reverser à l’État une certaine somme annuelle à cause de cette taxe carbone en France. Personne justement ! Autant que vous êtes, cela paraîtrait à vos yeux comme un gâchis financier. Son impact devient donc ainsi plus que visible.

En effet, avant d’acquérir un véhicule, vous serez désormais obligé de l’inclure dans votre check-list. Nombreux se poseront la question de savoir comment le faire. C’est en guise d’exemple que cet article vous propose le canevas qui va suivre.

Que faire avant l’achat de votre véhicule ?

Définir votre budget

Essentielle, cette première étape vous permettra de ne pas dépasser un certain seuil de vos dépenses financières. C’est également cela qui vous aidera à connaître la catégorie du véhicule que vous allez pouvoir acheter.

Choisir son véhicule

Les paramètres tels que le type de moteur, de carburant utilisé et bien d’autres vous pousseront à choisir judicieusement la voiture qui sera vraiment adaptée pour vous.

Projection dans le futur

Cette étape vous permettra de faire une projection des différents frais futuristes qui s’appliqueront à l’entretien de votre véhicule.

Si au bout de cette procédure toutes ces précédentes conditions sont remplies, vous pourrez alors dormir paisiblement, car le choix que vous effectuerez sera à la fois économique et écologique. Voici donc comment de façon palpable le malus écologique peut vous aider à vous approprier non pas la voiture de vos rêves, mais celle qui vous ira le mieux.

Rédigé par Bastien Simon le 10/09/2019

Dans la même catégorie